La dangereuse montée de l’extrême gauche!

Dernièrement dans les médias on nous martèle la propagande voulant que nous assistions à une montée de la soi-disant ‘’extrême droite’’. Mais qu’est-ce que l’extrême droite? La définition la plus commune se présente ainsi :

L’expression « extrême droite » désigne l’ensemble des partis et mouvements politiques qui défendent des idées et des valeurs de droite en s’appuyant sur un nationalisme et un traditionalisme très marqués, en les formulant de manière radicale notamment à l’encontre des tendances politiques libérales ou socialistes. Son autoritarisme et son hostilité aux principes démocratiques peuvent conduire certains mouvements d’extrême droite à faire preuve de violence, voire de terrorisme pour imposer leurs vues. Les mouvements d’extrême droite sont aussi caractérisés par différentes manifestations de xénophobie, pouvant aller jusqu’au racisme, faisant des étrangers leurs boucs émissaires.

Et de façon historique les grands mouvements socialistes, qui se classe à gauche habituellement, qui adoptaient une approche identitaire et xénophobe se sont faits catégorisé ‘’extrême droite’’. Mais qu’en est-il de la simple droite? Prenons la définition commune :

Politiquement, le terme « droite » désigne des courants ou partis mettant en avant la rigueur morale et un certain conservatisme. L’ordre, le travail, la famille et la responsabilité individuelle sont plutôt considérés comme des valeurs de droite, tandis que la gauche s’intéresse davantage à la justice sociale, l’égalité, la solidarité, l’humanisme, la laïcité.

Et la gauche dans cette histoire? Voyons voir :

En politique, le mot « gauche » représente les partis favorables aux changements en faveur des classes sociales les plus modestes. Par extension, la gauche désigne l’ensemble des partis, mouvements, associations et citoyens qui souhaitent de tels changements. Les valeurs généralement considérées comme de gauche sont la justice sociale, l’égalité, la solidarité, l’humanisme, la laïcité, tandis que la droite met en avant l’ordre, le travail, la famille et la responsabilité individuelle.

Tant qu’à être dans les définitions, pourquoi ne pas voir la définition commune à l’extrême gauche :

L’expression « extrême gauche » désigne l’ensemble des courants politiques situés à gauche des mouvements réformistes et de la gauche antilibérale traditionnelle. Les mouvements d’extrême gauche rejettent la démocratie libérale et militent pour l’abolition du capitalisme. Pour eux, seule la révolution permettra de créer une société égalitaire. Ils refusent souvent de s’intégrer au fonctionnement démocratique normal. Parmi eux, certains groupes ou groupuscules extrémistes peuvent avoir recours à la violence, voire au terrorisme. Les doctrines des mouvements d’extrême gauche sont souvent issues d’interprétations radicales du marxisme ou du communisme : maoïsme, trotskisme, castrisme, luxemburgisme, conseillisme … En général, on classe également les mouvements anarchistes parmi l’extrême gauche.

À la lumière de ces définitions historique et propagée comme vérité de La Palice, comment ne pas être en accord et en harmonie avec la propagande véhiculée par les médias. Si on considère que les gouvernements, les médias et les intervenants sociaux, tels les syndicats, nous veules du bien et qu’ils ne sont aucunement animés par leurs intérêts personnels, dans ce cas arrêtons-nous ici et continuons à faire nos tâches quotidiennes sans remettre en question notre existence. Malheureusement ou heureusement je fais partie de la dernière génération à qui nous avons appris à raisonner, se poser des questions, critiquer et remettre en question ce qui nous est présenté comme acquis. Je refuse donc le statu-quo qui permet à nos maîtres de continuer à restreindre de plus en plus nos libertés au nom d’une rectitude politique visant à assurer leur pérennité à nos détriments.

Aujourd’hui en politique, les valeurs ont un caractère parfois transversal et peuvent se retrouver, selon les cas, à droite comme à gauche. Il s’agit par exemple de la liberté, de la nation, de la justice ou de la tolérance. Comme on peut le constater, la plupart des thèmes et valeurs ont circulé entre la gauche et la droite. Dans un premier temps, à partir des révolutions, c’est la gauche qui fait l’apologie de la liberté individuelle tandis que la droite lui oppose l’importance de l’autorité, de l’abnégation, des fins collectives, de la famille. C’est alors la droite qui défend l’importance d’un État impartial et au service de l’intérêt général contre une gauche soupçonneuse de tout pouvoir. Mais de nos jours, le socialisme apporte la justification de l’État à la gauche et peu à peu, avec la notion de justice sociale, c’est elle qui se fait la défenseur de l’État, outil de l’égalité, et de la collectivité, tandis que la droite défend davantage les libertés individuelles.

Les tenants et aboutissants des multiples mouvements politiques tel que la gauche, la droite, les extrêmes, l’anarchisme, le communisme, le fascisme, etc… n’ont plus aucune signification précisent. Il est clair que maintenant les étiquettes gauches/droites ont perdu leurs sens et sont galvaudées selon le sens qui satisfera le mieux les messages et les intérêts de celui qui diffuse la propagande. À mon avis, en cette période incertaine, il reste seulement deux avenues sociales possibles pour l’avenir; le collectivisme ou l’individualisme. Je vous conseille les 5 articles de mon ami Philippe David sur le sujet :

COLLECTIVISME OU INDIVIDUALISME – 1ERE PARTIE2E PARTIE3E PARTIE4E PARTIE5E PARTIE

Pour en revenir au sujet, durant les derniers 30 ans nous avons assisté à la collectivisation de nos sociétés. De façons générales ce sont des partis politiques idéologiquement de gauche poussant les réformes de justice sociale, d’égalité sociale, de solidarité sociale, l’humanisme et de laïcité qui ont été à la barre de nos états et prenaient les décisions au nom du bien commun. Le tout culmine dernièrement avec le marxisme culturel (le politiquement correct), la montée des groupes de justiciers sociaux (SJW, Social Justice Warriors) et enfin la banalisation du nouvel extrême en matière de contrôle social, l’islam politique. Nous assistons au versement du balancier social vers l’extrême gauche (le collectivisme absolu).

La majorité des gens sont d’accord avec les justes milieux et les compromis pour satisfaire tout le monde. Mais aujourd’hui il n’y a plus de compromis, aujourd’hui notre monde glisse sur la pente dangereuse des absolus. Nous pouvons maintenant assister de façon impuissante à la violence des collectivistes qui n’acceptent pas les libertés individuelles qui permettent de dire le contraire de ce qu’ils pensent. Nous avons de plus en plus d’exemples de gens qui se font agresser violemment pour la seule offense d’avoir dit le contraire ou même seulement soulevé un doute sur le message véhiculé par ce courant social. Dans certains cas, le seul fait de ne pas porter le bon vêtement est suffisant pour se faire agresser. Le pire dans tout ça c’est que le monde politique embarque dans le mouvement collectif à des fins de signalement vertueux au détriment de la majorité de la population.

Les populations ne sont pas imbéciles, les gens se rendent compte que présentement toutes ces idéologies, qu’ils ont tolérées, sont peut-être vertueuses, mais le sont à leurs dépens. Ils se rendent compte assez rapidement que ce sont eux, la majorité, qui en font les frais. La question qui se pose est «qu’en est-il pour moi?», pourquoi faire tous ces sacrifices, pourquoi donner la moitié de mes revenues et surtout pourquoi dois-je endurer toute cette violence et ce non-respect sans qu’il n’y est le moindre retour pour moi ou ma famille. Devinez ce qui se passe quand la majorité silencieuse en a ras le pon-pon. Il se penche vers ceux qui sembleront vouloir les respecter, leur donner ce qu’ils veulent et ramener le balancier vers le centre.

Nous avons pu assister tranquillement à cet effet social dernièrement avec le ‘’Brexit’’ et l’élection de Trump. Nous assistons aussi à la montée du Front National en France et aux différents partis prônant le retour aux valeurs traditionnelles en Europe. Pourquoi? Comme je disais, les gens veulent le juste milieu et prennent le seul moyen qu’ils connaissent pour arriver à renverser le balancier, la démocratie qui leur a été martelée depuis leur naissance.

Nous pouvons assister maintenant à la réaction des collectivistes qui détiennent le pouvoir depuis plus de trois décennies. Ils remettent en questions leur démocratie, ils utilisent les médias pour démoniser leurs adversaires, et ressorte leurs armes ultimes, les insultes personnelles (racistes, misogyne, homophobe, islamophobe, etc…). Ces gens sont prêts à tout pour conserver leur pouvoir et ce n’est pas pour rien qu’ils ressortent la carte de la peur avec leur épouvantail qu’est ‘’l’extrême droite’’, car il est facile de faire l’association avec les NAZIS. Pourquoi pensez-vous qu’il y a autant de documentaire sur la Deuxième Guerre mondiale présentement? Plusieurs apôtres du collectivisme parlent maintenant d’abolir la démocratie et d’interdire carrément la liberté de dire le contraire. Dans certains pays dits démocratiques d’Europe, c’est maintenant une réalité, vous pouvez faire de la prison pour avoir dit le contraire de la propagande.

Nous approchons dangereusement d’une société totalitaire auquel les Hitler et les Staline de ce monde n’auraient jamais osé rêver. Les systèmes de surveillance tels que décrits dans le roman ‘1984’ sont déjà en place et sont mémé plus évoluée que ce qui est expliqué dans ce roman. Et c’est exactement pour ça qu’il ne faut pas se méfier de ‘’l’extrême droite’’,  mais bien de ‘’l’extrême gauche’’ qui a déjà mis tous ses pions en place et contrôle toutes les étapes de la machine de l’information. Et ce depuis votre tendre enfance. Pourquoi pensez-vous que les réactions sont si violentes quand une idée contraire à la programmation subite est présentée? Nos maîtres connaissent la dissonance cognitive et l’utilisent au maximum pour contrôler les dissidents de façon horizontale, ça coute moins cher que le contrôle direct.

Une seule question est possible quand vous analysez une situation : Liberté ou Tyrannie?

Louis M

Vous aimez ce que vous lisez?
Encouragez moi.

Bitcoin : 1Ajx2dvtF9uxWpnMzAgXRVDsMPJpfp4vrv
Bitcoin Cash : qzjxszajqe8ut2r3p8nsglamfjs8hxjwyclauxstr6
DASH : XkY5jSuYDqdVgNMMyP5RgQpMG2meQiLTqk
Etherium: 0x0332b99d87A5d7E422a2A9Fedd660400eE6285bA
Etherium classic: 0x05829ed3c25b2F7ECe43AC556df25e0D7d0e47aB
Litecoin : LcmCNJr3JDqXEbdR1NN1iZhfGqvwbjkkC8
Decred: DsYksgpCcyT6H9t4tB3rfjJigjGtsdQq9Fa
Pour toute autre crypto, veuillez me contacter.

2 thoughts on “La dangereuse montée de l’extrême gauche!

  1. Super analyse et impartial, quand je tiens se genre de discours on me traite constamment de fasciste. de la part d’un anarchiste écologiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.